samedi 18 août 2007

T'es moche, mais je t'aime!

Jusqu'à présent, je n'ai pas (trop(?!)) parlé de jeux vidéo et pourtant, je m'étais donné comme mission de vous faire découvrir des jeux vidéo ou plutôt le monde du jeux vidéo. En effet, plusieurs de mes ami-e-s ont une vision négative ou erronée des jeux vidéos. M'enfin, c'est compréhensible, la majorité du temps, quand on parle de jeux vidéo c'est ces effets négatifs et de la violence qu'ils contiennent. Quand c'est positi-- Euh, disons non-négatif, c'est souvent pour nous parler du dernier jeu qui fait "pow! pow!" avec des graphiques qui tuent, la dernière console ou bien The Sims.

Pourtant, il existe, comme pour le cinéma et la musique, une scène underground/indie/auteur/expérimentale/garage. Cette scène est souvent plus artistique ou, du moins artisanale, ce ne sont pas nécessairement les graphiques de l'année, le gameplay est souvent aussi convivial que Le Capital de Marx. Par contre, à force d'obstination et de patience, on découvre souvent des belles innovations, des mondes complexes, une expérience de jeu unique, on devient complètement ga-ga au jeu, on ne fait que penser à lui et on ne fait que parler de lui.

En fait, je vous dis ça parce que c'est ce qui m'arrive présentement avec Dwarf Fortress. C'est d'une laideur à faire saigner les yeux, il faut remonter à plus de 20 voir 25 ans pour retrouver des jeux aussi affreux. Cependant, j'ai rarement vu un jeu aussi profond. Je vous avertis, ne cherchez pas le tutoriel, ne cherchez pas la rubrique aide, ne vous attendez pas à ce qu'on vous dise quoi faire, non, c'est du jeu d'adulte, pas de la purée pour bébé. On est à des années lumières des jeux pour attardé-e-s du bulbe que sortent les consoles.

Graphique du jeu, vous pouvez voir mes 7 nains, ma forteresse et une rivière. Petit jeu, trouvez où est mon atelier de maçonnerie.



L'introduction du jeu



Je parle, je parle, mais je ne vous ai pas dit de quoi il s'agissait. C'est un jeu où l'on doit créer et gérer une forteresse naine dans un univers très "Tolkienesque". Le premier but, c'est de ce préparer à l'hiver, pour cela, il faut construire des infrastructures, trouver une rivière souterraine, produire de la nourriture pour l'hiver qui s'annonce drôlement difficile. À force de creuser dans la montagne, on découvre des métaux et des pierres précieuses, mais aussi des rivières volcaniques, des monstres et même d'autres nains.

Pour les quelques personnes qui ont continuer à lire jusqu'ici, je vais utiliser la deuxième personne du singulier et, pour rendre le reste de mon article plus conviviale, je vais utiliser un prénom que je vais choisir par pur hasard. *Bruit de quelqu'un qui fouille dans un chapeau rempli de petits papiers* Alors, hahem, je vais utiliser le prénom: Marc-André. Alors, mon petit Marc-André, tu veux essayer ce jeu? Il te faudra utiliser Internet, voici deux liens indispensables: le wiki et un site en Français. Oh, je me doute que tu dois être bon en Anglais, mais le site en Français à le mérite d'être plus petit, plus concis, donc plus facile à trouver ce qu'on a besoin. Petit avertissement, la première fois que tu joues, il faut créé le monde, ça peut prendre plusieurs minutes, même quelques heures, pas de panique, tu dois le faire une seule fois. Autre avertissement, tu vas devoir recommencer plusieurs fois avant de commencer à avoir une forteresse qui a du sens, mais pour faciliter le tout, voici des liens utiles: ici, celui-là et celui-ci.

Pour la prochaine fois, je vous promets des jeux plus conviviaux.


1 commentaire:

Marc-André a dit…

best quote ever :

"... le gameplay est souvent aussi convivial que Le Capital de Marx"